Les familles françaises au lendemain de la Renaissance

Une union marqué de contraintes et de règles

Le mariage est dans la société Française, et dans le monde chrétien, la création de celle qui est décrit comme une création divine, la famille. Cette acte important dans la vie a pour but de perpétuer la société. A partir du XVIème siècle le fonctionnement de la famille doit se baser sur les principes du concile de trente qui a eu lieu entre 1545 et 1563, qui répondait aux pensées de Luther, ce dernier considèrent que le mariage est une institution humaine, ce qui implique qu’elle soit régis par des lois et des tribunaux. La principal décision est le décret Tametsi, qui visait à limiter les mariages clandestins, pour se faire les futurs mariés devaient publier trois bans de mariage dans chacune de leurs paroisses, et le consentement devant se faire en présence de deux témoins marque. Les listes d’empêchements (empêchement dirimants) a pour effet l’annulation du sacrement, les futurs garçons ne peuvent pas se marier en dessous de 14 ans, et pour les filles en dessous de 12 ans, sachant qu’en 1556 Henri II a mis en place un édit où les parents doivent consentir au mariage de leurs enfants jusqu’à leurs trente ans. Pour une union avec un membre de la même famille il faut se procurer une dispense, l’union étant interdite pour un parent en dessous du 4ème degrés. C’est pourquoi il ne faut pas oublier qu’à cette époque les mariages étaient surtout stratégique, en tout cas pour les nobles, pour ce qui est du tiers état l’épouse devait rentrer dans les attentes sociale de la famille. Que ça soit pour les nobles ou les plus petits paysans on ne se mariait qu’avec des personnes de la même condition, ceci est l’homogamie. Un autre terme vient parfaitement définir les caractéristiques de cette époque, l’endogamie, en effet à l’époque moderne pour trouver sa femme ou son époux on ne cherchait que dans un rayons de 10 km ! Prenons l’exemple d’un couple, Anne de Fresnoy née à Maignelay a épousée à Angivillier Pierre Boucher né dans cette même commune

Exemple d'une dispense

L’enfant

Mariage signifie donc enfants à venir, ceci a certaines conséquences sur la structure mentale des individus, on a peur d’être infécond, donc on réalise des prières, des pèlerinages, ou certaines femmes prennent des breuvages, mortels parfois, pour tomber enceinte, une fois qu’elles ont réussis à l’être il y a la peur de perdre le bébé, comme nous sommes dans une société imprégné du christianisme on veut assurer le salut à notre enfant, donc dans des cas d’extrême urgence on peut réaliser un baptême d’urgence, l’ondoiement, alors que l’enfant est encore dans le ventre de sa mère. A cette époque un enfant sur trois décède avant l’âge d’un an, pour cause, la malnutrition, le manque d’hygiène, les maladies ou tout simplement des accidents domestiques.

Quel était la condition des enfants illégitimes ?

Etant une atteinte porté à la famille, l’avortement et l’infanticide pouvaient survenir, c’est pour cela que la monarchie a tenter de les empêcher car ils étaient privés du salut. L’adoption était aussi une solution, que ça soit par les hôpitaux, des particuliers (nourrices)… Des donations d’enfants étaient donc réalisés et authentifiés par actes notarié. Nous pouvons prendre l’exemple d’un certain Raoul de Bergny, ce dernier, ayant eu une fille illégitime et n’ayant pas les moyens de subvenir au besoin de l’enfant il l’a mis en nourrice. Son enfant a ainsi passé 10 ans de sa vie avec cette familles, ce qui a forcement crée des liens, Raoul à donc prit la décision de faire donation de sa fille. Il n’y a que des avantages ! Le père a deux poids en moins, celui de sa faute et celui du coût de l’entretient. La famille adoptive est aussi gagnante, elle doit d’abord subvenir aux besoins de leur nouvelle fille jusqu’au mariage, ce qui implique un gendre, et donc l’espoir d’être soutenues par les mariées lorsqu’ils auront atteint l’âge de la vieillesse.

« Fut present noble homme Raoul de Bergny, escuier, demourant à Pierrepont prez Grancourt, lequel confessa avoir donné par adoption et par ces presentes donne à Jehan Le Fevre et Guillemete Leger, sa femme, demourans en la paroisse de Lucy , et lesquelz confesserent avoir prins et recongnu Cardyne, fille [biffé : dudict] [en interligne : bastarde] dudict de Bergny, à leur fille adoptive. Laquelle ilz ont promis tenir avec eulx, icelle [biffé : te] entretenir bien et honnestement et chausser et vestir, nourrir, coucher et lever, et la pourvoir par mariage où bon leur semblera, et luy donneront de leurs biens ou heritages, scelon le lieu où ilz la pourront pourveoir, en luy fournissant aussi de ses habillemens, atroussellemens et aultrez choses qu'il convient bailler à fille qui se [biffé : veult] marie

La gestion des personnes âgée au XVIIIème était donc importante, en effet 25% des hommes et des femme vivaient au dessus de 60ans, la majeur partie étaient recueillis chez un enfant ou quelqu’un ayant un lien de parenté qui était souvent récompensé par un leg testamentaire.

Les garçons sont préparés à perpétuer le statut sociale, le père dirige ainsi le destin professionnel de leurs fils, et les filles à leur futur rôle de mère.

Nous voyons donc que la famille est caractérisée par divers fonctionnements, le mariage marque l’étape pour perpétuer sa famille et ainsi transmettre son métier dans la région d’ancrage de la famille qui fait face à différents enjeux, à une époque où les individus sont confrontés à la mort en permanence.

Les caractéristiques à l’époque moderne des familles française sont restés pendant très longtemps les mêmes, surtout du point de vue de la mobilité, la France possède un peuple qui ne souhaite pas quitter sa terre natale !

Frank Ferdin, Histoire et Mémoire 

Sources :
Ouvrage et articles :
• Stéphane Minvielle, La famille en France à l’époque moderne XVIe
-XVIIIe
siècle, 2010,
Armand colin
• François-Joseph Ruggiu, Tel père, quel fils ? La reproduction professionnelle dans la
marchandise et l’artisanat parisiens au cours des années 1650 et 1660, 1998,pp 561-582
• Peter Laslett et Antoinette Chamoux, La famille et le ménage: approches historiques,
Histoire et sciences sociale 1972, Cambridge university press
Archives :
• Archives départementales de l’Oise
• Archives départementales du loir et cher
• Archive départemental de la Loire
• Archive départementales de la Loire atlantiques
Images :
Bébé emmailloté, détail du tableau L’adoration des bergers par Georges de La Tour vers 1645. Musée
du Louvre. © Wikimedia Commons, domaine public
4 décembre : clôture du concile de Trente, Paolo Farinati

Laisser un commentaire